7.4.13 Taux de mortalité évitable

Définition

a) Taux de mortalité évitable selon la cause

Rapport, pour une période donnée, du nombre annuel moyen de décès pour une cause évitable donnée, à la population du groupe d’âge associé à la cause évitable au milieu de la même période.

b) Taux de mortalité évitable générale

Rapport, pour une période donnée, du nombre annuel moyen total de décès évitables, à la population totale âgée de moins de 75 ans au milieu de la même période.

Comme les groupes d’âge varient d’une cause évitable à l’autre, dans le calcul du taux pour l’ensemble des décès évitables, on utilise au dénominateur l’ensemble de la population de moins de 75 ans.

Les décès évitables sont identifiés à partir de l’âge du décédé et de la cause initiale du décès définie selon la CIM-9 pour les décès avant 2000 et selon la CIM-10 depuis 2000 (voir liste en fin de fiche). La sélection des maladies jugées évitables repose sur deux principes généraux : des interventions connues et efficaces existent et des soins appropriés peuvent être dispensés (Nolte et McKee, 2004).

La liste des causes de décès évitables a pour origine les travaux de Charlton et al. (1983) et ceux de Rustein et al. (1980). Plusieurs auteurs ont modifié la liste au cours des années pour tenir compte de l’évolution des connaissances et des soins disponibles. La liste retenue est basée sur les travaux récents de Nolte et McKee (Nolte et McKee, 2004; Nolte et McKee, 2003).

Pour la plupart des maladies retenues et pour les groupes d’âge considérés, une grande part des décès devrait pouvoir être évitée, compte tenu d’interventions médicales appropriées en temps utile. Toutefois, pour plusieurs de ces maladies, tous les décès ne peuvent être considérés comme évitables, mais les services de santé peuvent contribuer dans une mesure non négligeable à la réduction du niveau de mortalité. Une fréquence élevée de décès pour ces pathologies ne confirme pas la présence ou la nature d’un problème des services de santé, mais elle peut servir de révélateurs de certaines inadaptations et justifier le déclenchement d’investigations plus poussées (Nolte et McKee, 2004; Nolte et McKee, 2003; Holland et al., 1997). La prudence est indiquée dans l’interprétation des tendances de mortalité évitable, car plusieurs facteurs autres que les interventions médicales peuvent modifier les taux, comme la modification de l’incidence de la maladie, qui peut notamment refléter des changements au niveau des déterminants à long terme (Nolte et McKee, 2004).

L’adoption de la CIM-10 à partir de l’année 2000 peut entraîner une brisure dans l’analyse temporelle de plusieurs causes de décès (OCDE, 2005). Les révisions 9 et 10 de la CIM sont très différentes. Dans la 10e révision, de nouvelles catégories ont été ajoutées, d’autres ont été modifiées ou regroupées, et certaines règles d’identification de la cause initiale de décès ont changé (Statistique Canada, 2005a; NCHS, 2000). En conséquence, ces différences entre les deux révisions sont assez importantes pour rendre difficile les comparaisons directes des causes de décès (CDC, 2005). Les variations dans les taux de mortalité selon une cause entre les périodes précédant et suivant l’année 2000 ne sont donc pas présentées.

Méthode de calcul


     Voir l'annexe 7, pour la méthode de calcul du taux ajusté.

Sources

Numérateur:          Fichier des décès (version octobre 2005), MSSS.
Dénominateur:      Service du développement de l’information, version février 2005, MSSS;
                              Fichier des naissances vivantes et fichier des mortinaissances, MSSS.

Tableaux et graphiques

Notes

1
2


3
4
5
(-)(+)
*
**n.p.
Taux ajusté selon la structure par âge, sexes réunis, de la population corrigée de l’ensemble du Québec âgée de moins de 75 ans en 2001.
Taux pour 100 000 personnes de 0-74 ans. Le taux est calculé en rapportant l’ensemble des décès évitables à la population de moins de 75 ans. Sont inclus au numérateur, les décès évitables de la population âgée de 75 ans et plus dus aux accidents durant des actes médicaux ou chirurgicaux, ou lors des complications de ceux-ci, qui sont au nombre d’un peu moins de 10 annuellement depuis 1990.
L’adoption de la CIM-10 à partir de l’année 2000 entraîne une brisure dans l’analyse temporelle de plusieurs causes de décès.
Taux calculés pour les femmes seulement.
Taux calculés pour les hommes seulement.
Valeur significativement plus faible ou plus élevée que celle du reste du Québec, au seuil de 0,01.
Coefficient de variation supérieur à 16,66 % et inférieur ou égal à 33,33 %. La valeur doit être interprétée avec prudence.
Coefficient de variation supérieur à 33,33 %. La valeur n’est pas présentée.


Source Eco-Santé Québec 2011Dernière révision de cette page : 24/04/2007